vic-le-comte-fr.net15.eu
Découvrir l'histoire de Vic le Comte (65) Puy-de-Dôme

Histoire

L'HISTOIRE DE
Vic le Comte

1229…Et Vic devint capitale du comté d’Auvergne…

À partir du Xe siècle, les rois capétiens vont tenter d’étendre le domaine royal. Poursuivant cet objectif, Philippe Auguste confisque, au début du XIIIe siècle, les fiefs du roi d’Angleterre, Jean sans Terre (la Normandie…). Il lance également une expédition militaire sur les terres de Guy II. Ce dernier, comte d’Auvergne, est favorable au roi d’Angleterre. Philipe Auguste le dépouille alors de presque tout son comté. Seule lui reste la région de Vic le Comte, hérissée de châteaux qui n’ont pas été occupés par l’armée royale (Usson, Ybois, Saint-Babel, Buron, Mirefleurs, Busséol, Saint-Julien de Coppel, Crains).

En 1229, Vic devient alors la capitale de ce petit comté et connaît un développement que la localité n’aurait jamais eu sans cette circonstance : construction d’un palais, d’une enceinte fortifiée, établissement d’un siège de justice, d’une chancellerie, de diverses administrations.

1367…Une charte de franchise...

Deux novembre de l’an du Seigneur mil trois cent soixante-sept. Jean Ier, comte d’Auvergne tient dans son palais vicomtois une assemblée peu commune. En présence de son chancelier, de deux de ses chevaliers, il a réuni une quarantaine de Vicomtois dont les quatre consuls. La Charte de Franchise vient d’être rédigée. Le comte, la main placée sur les Saints Evangiles, jure de la respecter.

Quelles sont les grandes lignes de la Charte ? La taille, impôt seigneurial par excellence, est fixée à une somme modique. Plusieurs clauses favorisent le développement commercial et artisanal de la Cité. Certains articles visent également à prévenir les violences. À titre d'exemple, une personne, qui dans un accès de colère, sort un glaive contre son semblable, même s’il ne l’a pas frappé, sera condamnée à soixante sols d’amende ! Enfin, la Charte prévoit la création d’un pouvoir politique. L’administration courante est confiée à quatre consuls élus par les habitants. Les consuls pourront également garder les clés de la ville et de la forteresse.

1473, fondation du couvent des Cordeliers

« Cordeliers » est le nom que prirent les Franciscains établis en France. Le couvent de cet ordre mendiant s’installe aux portes de la ville.


1520, construction de la Sainte-Chapelle, joyau de la Renaissance

Entre 1520 et 1524, Jean Stuart, duc d’Albanie, cousin des rois d’Écosse, époux d’Anne de la Tour, comtesse d’Auvergne fait édifier une Sainte-Chapelle au cœur de son palais comtal de Vic. Il confie à Rustici, artiste florentin et ami de Léonard de Vinci, le soin de sculpter les statues des 12 apôtres. Cet ensemble est exécuté à Paris entre 1528 et 1529, époque durant laquelle Rustici devient le sculpteur attitré de François 1er.

1554, Catherine de Médicis morcelle le Comté d’Auvergne

Jean Stuart, duc d’Albanie, un temps gouverneur d’Écosse, épouse l’une des dernières descendantes des comtes d’Auvergne, Anne de la Tour. La sœur de cette dernière avait épousé Laurent de Médicis, et à la mort sans descendance de Jean Stuart, le Comté passe dans les mains de la fille de Laurent de Médicis, Catherine de Médicis.

La reine résida-t-elle à Vic ? L’histoire retient une simple nuit passée dans la ville. En pleine guerre de religion, dans l’espoir d’affermir l’autorité royale, Catherine de Médicis décide de faire entreprendre au roi Charles IX un voyage à travers la France. Traversant l’Auvergne, le cortège fait une courte halte à Vic le Comte les 29 et 30 mars 1566.

Quant au Comté d’Auvergne, Catherine de Médicis active son morcellement en vendant ou en donnant peu à peu la plupart des sites périphériques à Vic : Enval (1554), Yronde (1559), La Chaux-Montgros (1574), Saint-Julien de Coppel (1586).

Le Comté passe aux mains de la reine Margot qui continue le démembrement (Busséol en 1590). À sa mort, elle lègue ce qui reste au futur roi Louis XIII.

1589, Vic le Comte souffre des guerres de religion

En 1589, le comte de Randan, ligueur, tente de prendre possession de la ville et en fait le siège pendant treize jours.

Pour l’incommoder, les Vicomtois n’hésitent pas à abattre les constructions des faubourgs qui peuvent offrir à l’ennemi des positions excellentes pour canonner la ville. Même les deux clochers de l’église paroissiale sont sacrifiés. Randan ne peut s’emparer de la ville et se replie

En 1591, c’est au tour du duc de Nemours d’assiéger Vic le Comte. Après un sévère bombardement, il lève le siège en échange de 2 500 écus. Au retour de la paix, Henri IV accorde des exemptions d’impôts pour permettre le relèvement de la ville. Les fortifications sont alors dans un état lamentable et la belle tour carrée qui surmonte la porte Robin s’effondre !

1645, Les dames de Fontevrault s’installent à Vic le Comte

Au milieu du XVIIe siècle, l’Auvergne comme le reste du royaume, connaît le renouveau du catholicisme. Un grand nombre de maisons religieuses sont fondées surtout dans les villes où de riches particuliers nobles ou bourgeois dotent les établissements.

C’est le cas du couvent fondé en 1645. Il appartient à l’ordre de Fontevrault et rassemble des religieuses à la fois contemplatives et enseignantes. Elles accueillent des jeunes filles de la bourgeoisie locale pour faire leur éducation. Rénové en 1982, le Couvent des Dames est actuellement la médiathèque.

1722, quand l’eau tempère le vin…

Sur la place du marché, en plein de cœur de la cité, Dominique Montaigue, gouverneur des Eaux et Forêts de l’époque, fait construire en 1722 une fontaine monumentale. Cette dernière est alimentée par une source située à l’entrée de la forêt de la Comté, à trois kilomètres du bourg. Il confie alors les travaux à Michel et Benoît Charpinet, architectes à Volvic et exige qu’il soit gravé sur la margelle une inscription latine que nous traduirons ainsi :

L’eau sans le vin tortille,

L’excès de vin fait qu’on vacille

Alors, pour que l’on soit bien,

Il faut que l’eau tempère le vin !

Printemps 1789

Les habitants de Vic le Comte rédigent un cahier de doléances.

Le cahier est surtout l’œuvre de François Cuel, avocat, dernier bailli du comté d’Auvergne, député suppléant aux États-Généraux, député à l’Assemblée législative et bientôt fondateur du club des Jacobins de Vic le Comte.

1792, un inventeur génial

Annet Pardoux est né à Vic le Comte le 5 octobre 1775 d’une famille de cultivateurs. À l’âge de 17 ans, il décide de se consacrer exclusivement à son travail d’inventeur. Il installe son atelier à Vic le Comte.

Une horloge représentant la Passion de Jésus-Christ, un mécanisme de quinze mille pièces animées reproduisant la Création, des presses à huile, un nouveau procédé pour broyer les noix, une mécanique pour fabriquer plusieurs sabots à la fois, des machines hydrauliques sont quelques-unes des nombreuses réalisations de cet inventeur de génie.

Top
Site en cours de construction

SITE EN COURS
de construction

Le site étant en cours de construction certains élements sont manquants, merci de votre compréhension.

Ce site utilise des cookies permettant de visualiser des contenus, d'afficher des flux d'informations provenant des réseaux sociaux et d'améliorer le fonctionnement grâce aux statistiques de navigation. Si vous cliquez sur « Accepter », nous déposerons des cookies sur votre terminal lors de votre navigation. Si vous cliquez sur « Refuser », ces cookies ne seront pas déposés. Votre choix est conservé pendant 6 mois et vous pouvez être informé et modifier vos préférences à tout moment sur la page « Gérer les cookies ».
Gérer les cookies